• Un travail collectif pour inventer un nouveau territoireInvités à une demi-journée d’information sur l’intercommunalité, 57 élus et personnels des dix mairies et de la communauté de communes du Val d’Huisne ont pris connaissance des enjeux liés à la réforme territoriale.

    Communes et communautés de communes appartenant au mille-feuille si décrié, sont promis à des réorganisations, mutualisations de services, regroupements, rattachements ou communes nouvelles. Au travers de ces nouvelles cartes, Vincent Aubelle, formateur au Centre national de la fonction publique a voulu faire comprendre samedi à la cidrerie traditionnelle que « les préfets travaillent activement sur la question des regroupements, et si on ne fait rien, si on ne réfléchit pas maintenant à ces regroupements, ils le feront pour vous ».

    L’équilibre budgétaire étant menacé par une amplification de la baisse de la contribution de l’État de 36 % aux collectivités, un élargissement du périmètre des communautés de communes à 20 000 habitants minimum permet des économies d’échelle. Sous entendu que le projet actuel de regrouper les cantons du Theil et de Bellême ne suffira pas. Mais dans une intercommunalité de 20 000 habitants, quel serait le poids des petites communes ?

    Un travail collectif pour inventer un nouveau territoire« Il va falloir réfléchir sur une autre philosophie de politique publique. Il va falloir travailler collectivement et tous autour de la table, hiérarchiser les projets, c'est à dire se mettre d'accord entre vous.
    Vous devrez gérer vos contradictions et de l'autre côté la réalité »
    martèle l’intervenant qui invite les élus à le faire sans perdre de temps.

    D’autre part, l’obligation de rendre un schéma de mutualisation approuvé d'ici le 31 mars 2015, oblige les élus à établir en amont, un rapport relatif aux mutualisations entre les services de la CDC et ceux des communes membres. « La question de fond c’est, qu'est ce que vous voulez faire ensemble ? Si vous n'y répondez pas, c'est jeter l'argent par les fenêtres. Je cherche à vous dire que c'est vous qui allez tout inventer dès lors que vous prenez la question dans le bon sens. Revenons à des choses simples dans les collectivités. Qu'est ce que vous voulez faire ensemble et sur quel territoire. Si vous ne faites pas de mutualisation vous allez avoir des pénalités en matière de dotation de l’état ».

    La commune nouvelle
    « Si on continue avec notre fonctionnement des communes actuel, elles vont crever ». La commune nouvelle « permet de conserver ce qui est aujourd’hui la force de la commune c'est-à-dire la proximité ». Avec une commune nouvelle de 3 000 à 5 000 habitants, « vous n’êtes plus nécessairement dans une logique d’intégration des compétences aussi forte que celle d’aujourd’hui dans les communautés de communes ». La création d’une commune nouvelle permet également de s’interroger sur les avantages financiers et fiscaux qui permettraient d’améliorer les services à la population.

    Vincent Aubelle a conseillé aux élus aujourd’hui placés devant une question passionnante, d’être complètement audacieux. « Si vous continuez à raisonner communes et communauté de communes, ça marche quand on a de l’argent. Quand vous allez avoir de moins en moins d’argent, les relations communes et CDC vont encore plus se tendre ».

    Liens intéressants :
    Nouveaux enjeux du mandat, par Vincent Aubelle (Septembre 2014)
    Sur le site du Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Sarthe

    Les enjeux du mandat 2014/2020
    Sur le site de la ville de la Ferté-Bernard

    La Réforme, sur le site du Ministère de l'Intérieur

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique